Skip directly to content

Destins mondiaux de l'Amérique latine

Addthis

Destins mondiaux de l'Amérique latine

Ernesto Ottone

L’Amérique Latine traverse une situation sans précédents dans son histoire. La crise du capitalisme global de l’année 2008 l’a surprise après six années de croissance continue. Cette croissance, de meilleure qualité que les précédentes, a eu un impact positif sur la distribution de son revenu (distribution qui continue à être très inégale) aussi bien que sur la réduction de la pauvreté extrême.

Contrairement à ce qui s’est produit précédemment, l’Amérique latine a montré une grande capacité de résistance. Déjà, au cours du troisième trimestre de l’année 2009, ses niveaux de croissance, d’exportations, de remises en provenance de l’étranger et d’emploi commençaient à s’améliorer. Pour l’année 2010, il est à prévoir que les chiffres économiques et sociaux deviendront plus proches des chiffres d’avant la crise. L’impact de celle-ci sur les indicateurs sociaux sera resté très modéré et les projections pour 2011 sont bonnes, se limitant aux conséquences de la situation économique des Etats-Unis et de l’Europe.

Le contexte politique est celui de régimes très variés, mais tous, à l’exception du régime cubain, sont issus d’élections valides et contrôlées et c’est la paix qui prévaut dans tout le continent (Il faut à ce propos souligner la situation prolongée de la Colombie).

Sommes-nous en présence d’une tendance à long terme ?  L’insertion de l’Amérique latine dans la mondialisation tend elle à surmonter son absence de durabilité (Castells) et se concrétise-t-elle avec un certain succès? Quels sont les problèmes qui, s’ils ne sont pas réglés, pourraient rendre fragile cette possibilité et quels sont ceux qui, l’ayant été positivement, pourraient solidifier son achèvement?

Pour pouvoir établir quels sont ces problèmes, il faut d’abord faire une précision : l’Amérique Latine est hétérogène ; on y trouve des pays qui ont un revenu de 15000 dollars per capita, en parité de pouvoir d’achat ( la Chili), et d’autres qui se situent à l’extrême opposé, comme Haïti avec ses 400 dollars per capita ; on y trouve des pays Continents (Brésil) et des petites îles (Sainte Lucie).

En tenant compte d’une hétérogénéité structurelle qui a toujours fait partie de la réalité Latino Américaine (CEPAL), nous allons montrer quels sont les éléments qui vont décider de son insertion mondiale et sur lesquelles il est possible d’organiser une recherche visant cette finalité.

Type de programme: 
Chaire