Skip directly to content

Inscriptions : Globalisation et marchandisation du corps humain : un marché cannibale ?

Addthis

Colloque organisé les 6 et 7 février 2014 par la Chaire "Inégalités sociales, santé et action humanitaire" de Jean-Daniel Rainhorn du Collège d'études mondiales avec le soutien de la Fondation Brocher, the Swiss Academy of Medical Sciences, the Royal Academy of Overseas Sciences, the Institute of History of Medicine and Public Health, the Center of studies on international cooperation and development (CECID), et the Institute for Biomedical Ethics.

La généralisation de l'utilisation de nouvelles technologies médicales sont, parmi d'autres facteurs, responsables d'une augmentation régulière de la demande de soins. Or, pour des raisons essentiellement économiques, juridiques, éthiques ou d'insuffisance en ressources humaines qualifiées, les services de santé publics des pays développés ne sont pas toujours en mesure d'apporter des réponses appropriées à cette demande croissante laissant, dans certains domaines de la médecine, de nombreux patients sans solution dans leur propre pays.

Parallèlement, la libéralisation du marché international de la santé depuis une vingtaine d'années est à l'origine de deux changements fondamentaux dans l'organisation traditionnelle des soins. D'une part, elle a conduit certains pays émergents à développer des services de santé privés d'un haut niveau de spécialisation conçus en particulier pour répondre à une demande étrangère à des prix très concurrentiels. Ce nouveau type d'offre médicale a une influence importante sur le comportement des patients qui hésitent de moins à moins à s'expatrier pour se soigner. D'autre part, elle permet une plus grande mobilité des ressources humaines et donc au personnel de santé des pays pauvres de trouver des emplois mieux rémunérés ailleurs que dans leur propre pays. Ce double mouvement est l'une des caractéristiques les plus remarquables de la nouvelle industrie globalisée de la santé.

Le tourisme médical s'est récemment diversifié dans des secteurs comme l'oncologie, la chirurgie cardiovasculaire, la procréation médicalement assistée ou encore les transplantations. Dans ces deux derniers domaines, l'offre médicale est favorisée dans certains pays par une législation peu contraignante et l'existence d'une population socialement vulnérable. Il en résulte une disponibilité illimitée et à bas prix des ressources nécessaires (organes, produits humains, mères porteuses, etc.). Pour répondre aux besoins de santé d'une population – nationale ou internationale - capable de faire face aux coûts de ces services médicaux, des éléments du corps de personnes le plus souvent défavorisées vont être loués ou achetés de manière plus ou moins licite. La marchandisation d'éléments du corps humain est une autre caractéristique de ce marché globalisé de la santé. Une économie qui repose sur l'accroissement des inégalités sociales dans la plupart des sociétés et à l'échelle de la planète et qui peut à la fois s'apparenter à une économie néocoloniale mais aussi à une forme de cannibalisme thérapeutique.

Pour mieux connaître la réalité de ce marché globalisé de la santé et en évaluer les conséquences pour le futur, il est proposé d'organiser un colloque international et multidisciplinaire à Genève (Suisse) les 6 et 7 février 2014. Ce colloque a pour objectif: (i) d'analyser, du point de vue des sciences sociales, le développement globalisé de la marchandisation du corps humain à des fins médicales, (ii) d'élaborer les grandes lignes d'un agenda pour la recherche en fonction des principales réflexions qui se dégageront des discussions du colloque et (iii) de créer un réseau international de chercheurs en sciences sociales sur cette thématique. Le débat s'appuiera sur différentes études de cas:  (a) la commercialisation non régulée de la procréation médicalement assistée et en particulier le développement de la grossesse pour autrui; (b) les conditions de prélèvement des organes qui nourrit le marché de la transplantation; (c) le "brain drain" des professions de santé qui diminue les capacités des pays pauvres à faire face aux défis sanitaires qu'ils doivent affronter et (d) le développement d'institutions privées qui collectent, conservent et vendent des produits humains (gamètes, embryons, sang, tissus, etc.). Quatre domaines dans lesquels la croissance de ce marché a d'importantes conséquences humaines, sociales, médicales, économiques, juridiques, religieuses et éthiques.

Inscription obligatoire et renseignements sur le site de la Fondation Borcher

Lieu : Genève

ProgrammeThursday 6 February09:00/10:30. Opening sessionChairperson: Pr. Yvon Englert. Dean of the Medical Faculty, Université libre de Bruxelles (ULB), Chairman of the scientific committee of the Fondation Brocher.Pr. Michel Wieviorka , Director of the Fondation Maison des Sciences de l'Homme, Paris
Pr. Philippe Goyens, Permanent secretary of the Royal, Academy for Overseas Sciences, Brussels.Introduction: "Globalisation and commodification of the human body: a cannibal market?". Pr. Jean-Daniel Rainhorn, Institute for Global Studies, Fondation Maison des Sciences de l'Homme, Paris. 11:00/12:30. Panel 1: "Trading in human body: historical, ethical, and religious perspectives"Chairperson: Prof. Vincent Barras, Director of the Institute of History of Medicine and Public Health, University of Lausanne."The commodification of the Human Body. A Brief History of a Long Genealogy". Prof. Jean-Jacques Courtine, European studies, University of Auckland."The ethics of selling body parts: a problem larger than mere commodification". Prof. Samia Hurst, Institute for biomedical ethics, University of Geneva.
"Commodification of the human body and religions". Dr. Samira El Boudamoussi, Institute for Global Studies, Fondation Maison des Sciences de l'Homme, Paris and  CECID, Université libre de Bruxelles. 12:30. Welcome address. Pr. Jean-Dominique Vassalli, Rector of the University of Geneva, Chairman of the Brocher Foundation.  12:30/14:00. Lunch 14:00/16:00. Panel 2: "Wombs for rent: case studies" Chairperson: Prof. René Frydman, Institute for Global Studies, Fondation Maison des Sciences de l'Homme, Paris.
"Birthing A Market - Commercial Surrogacy In India: An Exploratory Study". Sarojini Nadimpally, Sama Resource Group for Women And Health, New Delhi.
"A Womb for Rent: "within me, but not mine" The Surrogacy in Israel: Vision, Policy and Reality". Etti Samama, Faculty of Health Systems Management, Ben-Gurion University of the Negev and Director of the division of medical technology policy, Ministry of Health, Israel."Race to the Bottom: Analyzing California's Permissive Surrogacy Laws". Prof. Seema Mohapatra, School of law, Barry University, Orlando.
"Baby tourism and global social inequality". Prof. Elisabeth Beck-Gernsheim, Institute for Social Sciences, Friedrich-Alexander University, Erlangen-Nürnberg 16:00/16:30. Coffee Break 16:30/18:00. Panel 3: "Looting of brains: impact on health, equity and ethics"Chairperson: Prof. Alexandre Mauron, Institute for biomedical ethics, University of Geneva.
"Medical tourism, health coverage and brain drain in Southeast Asia – implications for health equity". Dr. Nicola Pocock, London School of Hygiene and Tropical Medicine and National University of Singapore.
"An Unfair Trade? Mobility and Brain Drain of Africa’s health professionals ". Dr. Delanyo Dovlo, World Health Organisation, Kigali.
"Nurse Importation by Developed Nations: Global Health Consequences and Policy Considerations ". Prof. Barbara Brush, The Carol J. and F. Edward Lake Professor of Nursing in Population Health, The University of Michigan School of Nursing, Michigan.Friday 7 February08:30/10:30. Panel 4: "Organs for sale"Chairperson: Prof. Philippe Steiner, GEMASS, University Paris-Sorbonne, Paris.
“An Overview of Worldwide Transplant Tourism". Prof. Jacob Akoh, Consultant General & Transplant Surgeon, Associate Professor of Surgery Plymouth Hospitals NHS Trust, Derriford Hospital, Plymouth."Strategies to prevent transplant tourism in Latin America: The Spanish experience". Dr. Raphael Matesanz, Director of the Spanish National Transplant Organisation, Madrid.
"Compensated living unrelated donation in Iran”. Prof. Mitra Mahdavi-Mazdeh, Imam Khomeini hospital, Tehran University of Medical Sciences.
"The battle for organs anno 2014: lessons learned from fieldwork research". Frederike Ambagtsheer, coordinator of the HOTT project and of ELPAT, Erasmus MC University Hospital Rotterdam, Dpt. Internal Medicine, Section Transplantation & ephrology, Rotterdam. 10:30/11:00. Coffee Break 11h00/12h30.Panel 5: "The human product banking industry" Chairperson: Prof. Nguyen Vinh Kim, Department of Social and Preventive Medecine, University of Montreal and Institute for Global Studies, Fondation Maison des sciences de l'homme, Paris.
"Ethics and transfusion medicine". Prof. Jean-Daniel Tissot, Regional Blood Transfusion Service, Lausanne.
"Commodification, cannibalism and context: UK women’s experiences of providing eggs for research". Prof. Erica Haimes, PEALS Research Centre, University of Newcastle.
"The commercialization of human cells and tissues". Dr. Jean-Paul Pirnay, Human cells and tissues banks, Queen Astrid military hospital, Brussels. 13h30/15h00. Panel 6: "Key issues for research"
Chairperson: Prof. Philippe Goyens, Royal Academy for Overseas Sciences, Brussels.
"Is Commodification of the Human Body a Gender Issue?". Prof. Judit Sandor, Central European University, Budapest.
"Advancing a Human Rights Approach to Human Trafficking for Organ Removal". Prof. Debra Budiani-Saberi, Center for bioethics, Pennsylvania University.
"From colonization to neocolonization: commodification of human body as a new form of exploitation of international inequalities?”. Prof. Firouzeh Nahavandi, CECID, Université Libre de Bruxelles (ULB), Brussels. 15:00/15:30. Coffee Break 15:30/17:00. Panel 7: "Key questions for the future".
Chairperson: Dr. Marie Paule Kieny (Assistant Director General, Health systems and innovation), World Health Organisation, Geneva. "The Response of International Law and its Challenges". Prof. Carmel Shalev, Haifa University, Haifa.
"Principles for an ethical market". Prof. Olivier Bouin, Fondation Maison des Sciences de l'Homme, Paris.
" The exception of medical products of human origin". Dr. L. Noel, World Health Organisation, Geneva. 

17h00/17:30. Concluding remarks. Prof. Nancy Scheper-Hughes. Professor of Medical Anthropology and Sociocultural Anthropology. University of California at Berkeley, Berkeley

Chaire: 
Inégalités, santé et humanitaire

Post new comment